2017-05-15 | VCHR
Le chef de la Jeunesse Bouddhiste Lê Công Cầu en grève de la faim contre son interdiction de se rendre auprès du Patriarche de l’EBUV Thích Quảng Độ gravement malade

2017-05-12 | VCHR
Menaces et harcèlements policiers contre les l’Église et la Jeunesse Bouddhistes lors des célébrations du Vesak à Huế

2017-03-15 | VCHR
Le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme dénonce les violations de la liberté religieuse au Vietnam devant le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU

2017-03-09 | VCHR
Le VCHR regrette l’omission du cas de Thích Quảng Độ dans le Rapport du Département d’État sur les droits de l’Homme

2017-03-02 | VCHR
Le pasteur Nguyễn Trung Tôn victime d’enlèvement et de passage à tabac


AFP - Agence France Presse - http://www.afp.com Agence France Presse


Le Vietnam sommé de libérer d’autres dissidents



2006-08-29 | | AFP

HANOI, 29 août 2006 (AFP) - Des organisations de défense des droits de l’Homme et de la liberté de la presse ont salué mardi la libération de Pham Hong Son, figure de la dissidence vietnamienne, mais ont jugé le geste insuffisant en réclamant la libération d’autres détenus.

Le régime de Hanoï a annoncé lundi que Son, condamné pour espionnage après avoir traduit un article intitulé “Qu’est-ce que la démocratie ?”, puisé sur le site du Département d’Etat américain, serait libéré cette semaine.

Ce médecin de formation âgé de 37 ans, détenu depuis 2002, devra cependant purger trois années de résidence surveillée.

Une poignée d’autres dissidents doivent aussi bénéficier de l’amnistie.

Vo Van Ai, président du Comité Vietnam pour la défense des droits de l’Homme, s’est félicité de ces libérations “surtout pour ce qui concerne Pham Hong Son, dont la santé s’est très gravement détériorée en prison”.

“Cette amnistie au compte-gouttes ne sert que la propagande du régime alors que la législation anti-dissidents se renforce chaque jour et que des centaines de prisonniers politiques ou religieux sont toujours détenus dans les camps”, a-t-il cependant ajouté dans un communiqué.

Son avait été condamné à 13 ans de prison en 2003 pour “espionnage” avant de voir sa peine réduite en appel à cinq ans.

“Nous sommes soulagés par l’annonce de (sa) libération mais nous demandons au gouvernement de lui accorder une liberté totale et sans condition,” a déclaré de son côté le Comité de protection des journalistes (CPJ), basé à New-York.

“Nous demandons aussi la libération immédiate de (...) Nguyen Vu Binh, injustement détenu”, ajoute le CPJ. Binh purge une peine de sept ans de prison notamment pour avoir critiqué des accords frontaliers sino-vietnamiens.

L’amnistie décidée à l’occasion de la fête nationale du 2 septembre concerne plus de 5.000 personnes. La liste complète n’a pas été publiée.

dla/mf t
 
 
 

Quê Mẹ • B.P. 60063 • 94472 Boissy Saint Léger cedex • France • E-mail : queme.democracy@gmail.com