2014-11-11 | CVDDH
Un nouveau rapport dénonce les violations des droits économiques, sociaux et culturels au Vietnam

2014-09-16 | Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme
Le Comité Vietnam pour la défense des Droits de l’Homme dénonce les entraves des autorités vietnamiennes à la visite du Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction

2014-08-26 | Observatoire & Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme
Vietnam : Trois défenseurs des droits de l’Homme condamnés à la prison

2014-08-25 | Observatoire & Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme
Vietnam : Abandonnez les charges contre les défenseurs des droits de l’Homme Bui Thi Minh Hang, Nguyen Thi Thuy Quynh et Nguyen Van Minh

2014-08-12 | Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme
UE-Vietnam : La FIDH et le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme portent plainte auprès du Médiateur européen


Le Monde - http://www.lemonde.fr


Hanoï rouvre le dialogue avec les dissidents bouddhistes



2003-04-18 | Jean-Claude Pomonti | Le Monde

Le premier ministre vietnamien a rencontré le patriarche Thich Huyen Quang, assigné à résidence depuis vingt et un ans.

Bangkok de notre correspondant en Asie du Sud-Est

Hanoï a surpris son monde en reprenant le dialogue avec l’Eglise dissidente bouddhiste qui subit, depuis plus de vingt ans, l’ostracisme du régime communiste. Le premier ministre vietnamien, Phan Van Khai, s’est entretenu pendant quarante-cinq minutes avec le patriarche de l’Eglise bouddhique unifiée (EBU), Thich Huyen Quang, assigné à résidence depuis vingt et un ans. Le plus étonnant est que la presse officielle a publié, à la « une », un cliché des deux interlocuteurs qui se sont rencontrés, le 2 avril, dans la capitale vietnamienne, et qu’elle a désigné le patriarche comme le « très vénérable Huyen Quang » et non plus comme « Monsieur Le Dinh Nhan », son nom séculier. La télévision nationale a également rapporté l’entretien.

Le clergé bouddhiste avait joué un rôle crucial dans le Sud contre le régime de Ngo Dinh Diem, renversé par des militaires en 1963. La « révolte des bonzes », avec ses immolations par le feu, avait fait, à l’époque, le tour de la planète. L’EBU s’est également opposée pacifiquement au régime suivant, celui des généraux, et certains bonzes avaient rejoint le Front national de libération du sud du Vietnam.

En 1981, soit six ans après leur victoire et cinq ans après la réunification du Vietnam, Hanoï avait interdit l’EBU et l’avait remplacée par un organe officiel, l’Eglise bouddhique du Vietnam (EBV), laquelle dépend du Front de la patrie, organe chargé par le PC de la gestion, entre autres, des religions. En dépit d’une sévère répression, l’EBU n’en a pas moins poursuivi sa lutte pour sa reconnaissance, son indépendance et la liberté religieuse.

Amené du Quang Ngai, une province du centre où il est assigné à résidence, le patriarche de l’EBU, âgé de 86 ans, a été opéré à Hanoï d’une tumeur au visage. Le 12 mars, deux diplomates de l’Union européenne, puis un diplomate américain, ont été autorisés à lui rendre visite. Le lendemain, un membre de l’entourage du patriarche, le bonze Tue Sy, s’est entretenu pendant deux heures avec des diplomates européens au siège de la délégation de la Commission européenne à Hanoï. Une seconde délégation européenne s’est rendue, par la suite, au chevet de Thich Huyen Quang. Le 4 avril enfin, soit quarante-huit heures après l’entrevue entre le premier ministre et le patriarche, l’ambassadeur américain à Hanoï a été autorisé à rencontrer ce dernier dans une pagode.

« PREMIER PAS »

La suite est également surprenante. Sur le chemin du Quang Ngai, le vénérable Huyen Quang a été autorisé à s’arrêter à Hué, haut lieu de la dissidence bouddhiste, où il a été accueilli non seulement par ses fidèles mais par des dignitaires de l’Eglise officielle. Son séjour a été limité à quarante-huit heures, mais il a pu se rendre dans les principales pagodes de la dissidence bouddhiste et la moitié des bonzes qui l’ont raccompagné au Quang Ngai par la route appartenaient à l’Eglise officielle.

Sur le fond, la rencontre entre le premier ministre et Thich Huyen Quang a été jugée comme « un important premier pas » par Vo Van Ai, porte-parole à Paris de l’EBU. « Le fait qu’un premier ministre discute avec un prisonnier de conscience qui vient de passer vingt et un ans en détention et qui est toujours assigné à résidence est un événement significatif », a-t-il expliqué. M. Ai, qui s’est entretenu avec le patriarche par téléphone, a ajouté que M. Khai, interrogé sur une reconnaissance de l’Eglise dissidente par l’Etat, aurait répondu : « Nous avons déjà l’Eglise bouddhiste du Vietnam, c’est suffisant ! ».

S’il n’y a pas eu d’engagement des autorités au cours de ce premier contact public, M. Khai a concédé que de « nombreuses erreurs » ont été « commises » et a, selon Thich Huyen Quang, demandé au patriarche d’être « plein de compassion et indulgent ». Le premier ministre a même mis sur le compte d’« une décision irrationnelle prise au niveau local » la « détention administrative » de deux ans infligée, le 1er juin 2001, à Thich Quang Do, numéro deux de l’EBU, qui reste détenu incommunicado dans un monastère de Ho Chi Minh-Ville. Le sort qui sera réservé à ce bonze âgé de 74 ans, le 1er juin, devrait donc, selon M. Ai, permettre « de voir si la rencontre entre Thich Huyen Quang et Phan Van Khai est un tournant ou un simple geste cosmétique ».

Hanoï fait face à de fortes pressions des Etats-Unis et de l’Union européenne en faveur d’un renforcement des libertés religieuses. L’EBU n’a jamais accepté de passer sous le giron d’une Eglise officielle dont l’autorité et la popularité semblent limitées. Les dissidents bouddhistes estiment aussi que, « si les autorités veulent lutter contre les « maux sociaux », il paraît nécessaire qu’elles composent avec l’EBU ». Reste à voir si le PC vietnamien partage de telles conclusions - ce qui n’est pas sûr - et à quelles concessions il est prêt pour tempérer une crise entrée dans sa troisième décennie.

Jean-Claude Pomonti
 
 
 

Quê Mẹ • B.P. 60063 • 94472 Boissy Saint Léger cedex • France • E-mail : queme.democracy@gmail.com